9/11 Anti-Debunking

9/11 Anti-Debunking

Les bruits d'explosion au sous-sol faussement expliqués

Les Debunkers prétendent que certains "truthers" ont affirmé que des explosions se seraient produites au sous-sol peu après l'impact du 1er avion contre le WTC1.

Cette affirmation des Debunkers est fausse. Cela se serait produit avant ou même temps que le crash d'avion.

De plus, le kérosène est soi-disant présenté comme le seul responsable des détonations d'explosions et des dégâts subis en sous-sol.

Les Debunkers spéculent que William Rodriguez, ancien concierge du WTC 1 et rescapé des attentats, vivrait de son récit " Le dernier homme à être sorti de la Tour ", ainsi que de la vente de ses DVD. Ceci est une spéculation mensongère, car William Rodriguez est un SDF. Il suffit d'en voir un résumé.
//www.youtube.com/watch?v=_EEvJ-3SLAA

Les Debunkers affirment que, lors de ses participations dans des conférences, William Rodriguez aurait raconté qu'il fut " le dernier survivant à être sorti des décombres ".

Cette affirmation est fausse.

Bien que la réalité des faits sur ce détail en est différente, Rodriguez n'a donc jamais prétendu qu'il était réellement ce dernier homme à être sorti des décombres, mais les médias eux-mêmes. Cependant, les Debunkers font pousser le cynisme jusqu'à prétendre que Rodriguez ne faisait même pas partie des 20 personnes rescapées des décombres, parce qu'il s'était réfugié sous un camion de pompier et qu'il en fut tirer de là, 2 heures plus tard. S'il s'était réfugié sous un camion de pompiers, pour quelle raison l'aurait-on tiré de là, 2 heures après, ou alors, qu'est-ce qui a bien pu empêcher Rodriguez d'en sortir ?

Aucun besoin de commenter cette fourberie, car il suffit de deviner.

Les Debunkers prétendent que, lors de ses participations dans des conférences, William Rodriguez aurait raconté qu'il avait " sauvé des centaines de personnes ".

En premier lieu, ils affirment que Rodriguez n'aurait pas monté jusqu'au 39ème étage, pour donner un coup de main aux pompiers, qui devaient s'assurer que cet étage était vide. Les Debunkers le certifient en se basant sur le témoignage du Capitaine Richard Piccioto, prétendant qu'il n'y avait personne à sauver à cet étage. Ceci est un propos volontairement déformé, au vu d'une évacuation et non d'un sauvetage, puisque Piccioto parlait de leur santé.

Cependant, les Debunkers s'acharnent à prétendre qu'il est difficile de croire Rodriguez et ses "supposés" actes héroïques. Ce n'est pas surprenant de constater une abjecte et mauvaise foi de leur part, compte-tenu de leur manque de mémoire. Sans Rodriguez et son passe-partout, qu'il avait réclamé depuis des mois à l'Autorité Portuaire, et dont il le conserve précieusement depuis, les pompiers n'auraient jamais pu franchir toutes les portes en route et aussi vite, pour arriver jusqu'à l'étage en feu.


Les Debunkers ne présentent aucun récapitulatif de témoignages directs de Rodriguez sur l'embellissement de son histoire, afin de prouver leurs affirmations, et ne font que suivre les discours des médias, qui n'ont pas arrêté de déformer les propos de Rodriguez, coup après coup. Rodriguez l'a mentionné à plusieurs reprises. En ce qui concerne le mystérieux bruit d'explosion au sous-sol B1, les Debunkers affirment que Rodriguez, ne sachant pas où se situait le crash de la tour, a cru qu'une bombe avait sauté et provoqué la chute de la cabine d'ascenseur 50A, avant que l'avion de frappe la tour.

L'ennui est que Rodriguez ne peut pas mentir, à ce sujet.

Une explosion en dessous, puis une qui se situait plus au-dessus, et enfin une autre plus puissante, avec le mouvement de la tour ( impact + mouvement ), décrite par plusieurs témoins, on peut comprendre que cela dérange certains. De plus, nulle part est mentionné le fait qu'une explosion au sous-sol aurait fait chuter l'ascenseur 50A, selon Rodriguez.

Arturo Griffith déclare que l'ascenseur était au niveau BI, et est tombé au-dessous du pallier. Griffith a été au piège dans l'ascenseur au dessous des débris, et est resté inconscient. Donc, pas de son d'avion, ni de chute libre.

hqdefault.jpg
Le 16 & 18 Septembre 2001, Arturo Griffith déclare avoir senti une explosion, avant que  l'ascenseur ne tombe. La cage a été secoué et tremblé violemment, alors qu'il entendait un bruit sinistre venant d'en haut. Marlène Cruz affirme, quant à elle, qu'une explosion a eu lieu et que les portes de la cage ont éclaté, avant que l'ascenseur ne chute. Toujours pas de son d'avion.

Les Debunkers prétendent que Rodriguez ne pouvait pas savoir quand l'avion avait  heurté la tour, vu que son supérieur hiérarchique n'avait pas entendu le choc lui-même, ni avant, ni après la chute de l'ascenseur. Une spéculation mensongère, puisque son supérieur hiérarchique avait déclaré que, étant à l'intérieur, il ne pouvait pas savoir ce qui se passait aux niveaux supérieurs.

En terme simple, ne pouvant pas le voir, ne veut pas dire qu'il n'avait pas entendu.

Les Debunkers prétendent, contrairement à Rodriguez, que le bruit d'explosion du bas pouvait provenir de la chute libre d'ascenseurs ou de l'inflammation du kérosène s'écoulant par les cages, car un seul ascenseur (la cabine 50A) desservait tous les étages et ses 2 passagers ont survécu. Car, pour eux, les plans de la Tour Nord confirment que, bien que la plupart des ascenseurs ne desservent qu'une partie des étages, les cages s'étendent sur toute la hauteur des buildings.

En réalité, les Debunkers n'ont strictement rien compris, comme d'habitude.

L'architecte Minoru Yamasaki, avait besoin d'espace pour rentabiliser ces tours. Pour résoudre ce problème, il fallait traiter chaque tiers du building, comme un immeuble de 40 étages. Ainsi, le nombre de cages d'ascenseurs s'en trouve réduit. Reproduite en 3 fois, ces unités sont ensuite reliées entre elles par 2 ascenseurs rapides, les seuls ascenseurs à monter sur toute la hauteur de la tour. Et dans une tour de 80 étages, il y avait tant d'espace occupé aux étages inférieurs par les ascenseurs, qui desservaient les niveaux supérieurs, que le bâtiment pouvait perdre en rentabilité.

Les Debunkers affirment, se basant sur quelques explications en parallèle sur certains cas de freinage des ascenseurs, que la cabine N°6 s'était écrasée au niveau B4, afin d'expliquer l'explosion au sous-sol.

Cette affirmation est fausse. Si Philip Morelli a été frappé à ses pieds au même moment que le bâtiment entier tremblait violemment. Cela voudrait dire qu'il avait entendu des ascenseurs chutant dans les cabines, suivi par des détonations de chaleur intense.

En fin de compte, Rodriguez avait bel et bien entendu des explosions AVANT les tremblements.

Voici quelques précisions sur les système de sécurité d'ascenseurs aux Etats Unis. La friction des rails, le long de la cage de le cabine, ralentirait celle-ci considérablement. La plupart des ascenseurs à câble ont un amortisseur incorporé au fond de la cage typiquement un piston dans un cylindre rempli d'huile. Cela atténuerait aussi l'impact. Donc, il ne pouvait tomber que 3 ascenseurs maximum au sous-sol ( 50A-6-7 ). Les 9 autres ne tomberaient que dans leurs bases respectives, selon la démonstration. Or, effectivement, des cabines se sont écrasées vers le Hall, mais PAS de la zone d'impact. C'est que l'on appelle une révélation.

Les Debunkers affirment que pour la Tour Sud, les dommages ont été encore plus importants. Ils affirment aussi qu'il semblerait que 6 ascenseurs express auraient plongé jusqu'au hall d'entrée sans que leurs freins anti-chute les aient arrêtés et cela aurait été le cas pour plusieurs d'entre eux.

" Il semblerait " veut dire " pas certain "


Ils prétendent savoir que les cabines N° 6 et 7 sont tombées en chute libre depuis le "deck" d'observation jusqu'au niveau B2, que la cabine N° 50B s'est écrasée au niveau B6 et qu'un nombre inconnu de cabines locales semblent avoir chuté jusqu'au niveau du hall d'entrée. Une révélation importante, puisque des ascenseurs sont tombés vers le hall hors zone d'impact.

Donc, ces chutes sont causées par quoi, si ce n'est pas l'avion ?

Tom Elliott, alors qu'il était au 103ème étage, témoigne du fait que, après avoir descendu quelques étages et au moment où il atteignait le 67ème, le vol 175 frappa la Tour Sud, au-dessus de lui. Un bruit incroyable ébranla la bâtiment et la cage d'escalier fut remplie d'une tornade d'air chaud, de fumée, de plaques de plafond et de morceaux d'isolants venant d'en bas. La déflagration de l'explosion s'est produite dans les cages d'escaliers, tout de suite après l'impact de l'avion. Selon son témoignage, rien ne provenait du haut et Tom Elliott décrivait un bruit bien plus puissant que celui de l'impact de l'avion.

En fin de compte, Mark Roberts, le webmaster de 911stories, n'est qu'un loser !

Mark_Roberts.gif

Comment peut-il faire croire que des explosions provenant de l'avion ou un restant de kérosène hypothèque, puisse circuler de haut en bas indéfiniment, comme une balle de ping-pong, en un temps record et avec une telle puissance ?

Les Debunkers pataugent dans l'ignorance quand ils évoquent le mode d'emploi d'une démolition contrôlée classique, puisque celles-ci s'effectuent toujours en plusieurs étapes. Et pour ce cas-ci, il fallait bien un peu de discrétion, de diversion et surtout, profiter de la confusion. D'ailleurs, l'allusion de Mark Loizeau, président de Controlled Demolition Inc., fervent défenseur de la Thèse Officielle, est assez parlant.

" Si je devais amener les Tours Jumelles à s'effondrer, j'aurais mis des explosifs au sous-sol, pour obtenir le poids de l'immeuble en contribution à l'effondrement de la structure."

Mais les Debunkers font style d'ignorer les témoignages de 118 pompiers, afin de conforter leurs affirmations. Et pour finir dans le ridicule, ils concluent par les boules de feu descendant les cages d'ascenseur, à l'origine des explosions en sous-sol et dans le hall. L'inflammation du kérosène dans les cages par des explosifs est aussi compatible et il n'y aucun argument solide sur le kérosène pour empêcher la présence d'explosifs. Etant donné que la température d'inflammabilité du kérosène se situe entre 42° et 72°, celui-ci ne s'enflamme donc pas si facilement, n'est ni explosif, ni détonnant.

Sans oublier le fait que seuls les ascenseurs express reliaient le sous-sol à l'impact.

En conclusion, les Debunkers ont étalé des explications mensongères et manipulatrices, afin de discréditer William Rodriguez et la moindre présence, voire la moindre possibilité d'explosifs.

A voir aussi :

Vol 11 détourné par des terroristes ?

Vol 175 détourné par les terroristes ?

Tours Jumelles effondrées à la quasi vitesse de la chute libre !

Toutes les caractéristiques d'une démolition contrôlée ( WTC 1 & 2 )

Impossible de placer des explosifs ?

Les températures imaginaires du NIST dans la zone d'impact

Métal fondu et des températures extrêmement élevées

Incendies insuffisants pour provoquer l'effondrement des Tours Jumelles

Les Tours Jumelles étaient conçues pour résister aux crashs d'avions

Les bruits d'explosion faussement expliqués

Le bloc de la Tour Sud devait basculer

Fausse amorce des effondrements

 


Autre version :



22/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres