9/11 Anti-Debunking

9/11 Anti-Debunking

Incendies insuffisants pour provoquer l'effondrement des Tours Jumelles

Les Debunkers affirment qu'il y avait d'énormes quantités de kérosène à l'intérieur des tours, ce qui a créé des incendies assez importants, afin de provoquer les effondrements des Tours.

299453_attaques-des-tours-jumelles-de-new-york-le-11-septembre-2001.jpg

En fait, la quantité de kérosène, à l'intérieur des tours, était sans conséquence par rapport à la taille massive des bâtiments.

Le NIST avait fourni des estimations de la quantité de kérosène qui était restée à l'intérieur de chacun des bâtiments, mais le rapport quantitative plus détaillé du NIST, (NCSTAR 1 -5F Computer Simulateur des incendies), donne les estimations du carburant pour chacun des étages , soi-disant exactes au gallon près. Ces estimations par le NIST montrent qu'il y avait environ 26 m3 de carburant dans le WTC 1 et 22 m3 dans le WTC 2.

2013-11-22_091253.png

Ce camion de location a un volume de 24m3 et en ajoutant la cabine, le volume total est de plus de 25m3. Un bassin de 5 m de diamètre et 1 m de hauteur piscine hors-sol , un volume de 0.028 m3

2013-11-22_091411.png

La quantité de carburant dans l'une des tours auraient adapté un de ces conteneurs. Si 25 m3 de carburant ont été répartis uniformément sur un seul étage d'une tour, soit sur 3716 m², il se traduirait par une couche de film de 0,27 pouces, ce qui est l'épaisseur d'un crayon. Pourtant, les Debunkers voudraient vous faire croire que ces chiffres auraient pu créer des feux suffisamment intenses pour détruire les bulidings .

Le NIST, par ailleurs, n'a pas de preuve étayant l'allégation que les incendies pourraient avoir atteint 982°. Les températures maximales estimées pour les échantillons s'établissait à 482°. C'est cohérent avec les résultats des essais au feu réalisés dans les garages de stationnement à charpente d'acier isolé, qui ont montré des températures maximales en acier de 360°.

Il y a quatre caractéristiques dans les tours qui indiquent que les incendies étaient sans gravité.

1 - Les feux ne sont pas assez intenses pour produire la rupture significative d'une  fenêtre dans chaque tour. Une fenêtre brisée est une occurrence commune dans les grands incendies de bureau, voire une particularité lorsque la température dépasse 600°.

2013-11-22_091755.png

2 - Les flammes restent principalement dans les bâtiments et l'émergence significative des flammes est une caractéristique commune des grands incendies de bâtiments.

Cela n'a été observée que dans une zone limitée de la tour nord .

2013-11-22_091948.png

3 - Dans le cas de la tour sud, l'incendie ne se propage pas de l'autre côté du bâtiment. Les feux plus importants ont tendance à se répandre.

4 - Les incendies n'ont pas causé parties le rougeoiement du bâtiment. A des températures supérieures à 700°, l'acier est à une chaleur rougeoyante, une caractéristique qui est visible en plein jour.

En fin de compte, le NIST a très peu de preuves à l'appui de l'idée que les incendies dans les tours jumelles étaient suffisamment graves pour entraîner les bâtiments à s'effondrer.

 

A voir aussi :

Vol 11 détourné par des terroristes ?

Vol 175 détourné par les terroristes ?

Tours Jumelles effondrées à la quasi vitesse de la chute libre ! 

Toutes les caractéristiques d'une démolition contrôlée ( WTC 1 & 2 )

Impossible de placer des explosifs ?

Les températures imaginaires du NIST dans la zone d'impact

Métal fondu et des températures extrêmement élevées

Les Tours Jumelles étaient conçues pour résister aux crashs d'avions

Les bruits d'explosion faussement expliqués

Les bruits d'explosion au sous-sol faussement expliqués

Le bloc de la Tour Sud devait basculer

Fausse amorce des effondrements

 



22/11/2013
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres