9/11 Anti-Debunking

9/11 Anti-Debunking

Debunking Zembla TV

Pour réfuter l'expertise comme quoi il était impossible pour tout pilote de percuter la façade du Pentagone d'après le parcours "officiel", les Debunkers utilise l'exemple du documentaire de Zembla TV, chaine néerlandaise, consacré aux attentats du 11 Septembre 2001.

 

Certains connaissent peut-être la vidéo , dans laquelle des chercheurs hollandais du Laboratoire National Aéronautique et Spatial ont essayé de recréer l’attentat contre le Pentagone dans un simulateur de vol avec, à ses commandes, ce qu’ils appellent un « pilote inexpérimenté ».

Le but de cette vidéo était de prouver qu’il « n’était pas impossible » pour Hani Hanjour, le supposé pirate, pilote du vol American Airlines 77, de réaliser une telle manœuvre. Pour d’autres, partisans de la version officielle du 11/9, la plupart du temps anonymes, il s’est agit d’utiliser cette vidéo dépassée dans le but de discréditer les déclarations de commandants de bord rompus au pilotage des 757 / 767.

Depuis la sortie du DVD "9/11: World Trade Center Attack" qui propose des interviews de commandants de bord de 757 / 767 de United et American Airlines qui ont tenté de reconstituer les manoeuvres effectuées le 11/9, Pilotsfortruth a de nouveau essuyé le feu de la critique.

Des commandants de bord de United Airlines, American Airlines, et d’autres compagnies aériennes ont tenté de recréer les manoeuvres effectuées le 11/9 et concluent qu’il est hautement improbable, voire impossible pour un pilote inexpérimenté de les avoir accomplies. http://pilotsfor911truth.org

Le test hollandais fut pratiqué avant la publication des données de vol de la boite noire. Il est donc clair que les chercheurs hollandais n’avaient aucune donnée scientifique pour expertiser la manœuvre, ni pour la mettre en œuvre correctement. Leur but principal était de réfuter l’idée selon laquelle la manœuvre du virage était impossible, ce que nous confirmons en fonction des données maintenant disponibles. Cependant, d’autres aspects de la trajectoire du vol sont impossibles, à exécuter ou à reproduire ...

Quels sont les paramètres contestables de l’expérience selon l’association?

  • La vitesse utilisée était inférieure de 50 km/h à la vitesse enregistrée sur la boite noire. La résistance de l’air croît avec le carré de la vitesse, ce qui, à 800km/h, constitue un facteur de charge exponentiel sur les gouvernes, affectant la manœuvrabilité de l’appareil, en particulier en cas de relief à éviter. 
  • La vitesse atteinte par le simulateur n’est pas certifiée
  • La trajectoire exacte telle que reproduite dans le simulateur n’est pas connue.
  • La configuration (poids kérosène et poids passagers, équipage et bagages) n’est pas connue, donc le centrage non plus.
  • Le vent latéral de 10 nœuds (18km/h) ce jour-là n’est pas pris en compte. Il génère une dérive importante qui rend la manœuvre manuelle plus compliquée.
  • Et surtout l’association n’a aucun détail sur l’expérience réelle de l’apprenti pilote –M. Ruigrok- qui s’est soumis au test ce jour-là. En particulier, l’association signale que M. Ruigrok fait partie du personnel du LNAS, donc qu’il est susceptible d’avoir déjà de nombreuses heures de vol  sur ce simulateur en particulier. Le narrateur de la vidéo l’atteste d’ailleurs lui-même lorsqu’il déclare que M. Ruigrok a une expérience pratique voisine de celle d’Hani Hanjour sous-entendant, selon l’association, qu’il a pratiqué des essais de vol à des fins de projection dans un bâtiment du type du Pentagone.
  • Le système anticrash était déconnecté
  • Les alertes de survitesse étaient déconnectées
  • Les obstacles topographiques n’ont pas été reproduits (butte de la boucle autoroutière) ni les lampadaires de Washington Blvrd.
  • Et surtout : ce n’était pas un simulateur de B757 !

Dans ces conditions, les trois tentatives de M. Ruigrok, qui n’ont rien de scientifique contrairement aux titres dont se prévaut le laboratoire, se sont soldées par des dégâts très différents de ceux des attentats. Il a frappé successivement différentes parties du mur de façade, mais jamais à l’endroit impacté le 11 septembre, parfaitement centré et surtout au raz de la zone de travaux de renforcements. Lorsque M. Ruigrok déclare que pour une personne avec peu d’expérience en dehors d’un simulateur, il est possible de frapper le Pentagone, cela signifie bel et bien : avec une faible expérience de vol réel, mais de l’expérience en simulateur, effectuer cette manœuvre avec un avion est physiquement possible.

 

En conclusion, les Debunkers préfèrent confondre "frapper la façade du Pentagone" et "frapper la façade du Pentagone, d'après le parcours OFFICIEL" !

 

A voir aussi :

Dégâts sur la façade inconsistants avec un Boeing 757.

Vol 77 détourné par les terroristes ?

Le mystère de la toile de chantier

Photos des débris du supposé Vol 77 ?

Charles Burlingame et l'exercice MASCAL

Popular Mechanics et les dégâts sur les anneaux

Norman Mineta : L'ordre d'abattre les avions détournés n'a jamais été donné

Analyse vidéo : L'avion n'est pas le Vol 77

Le Pentagone n'est-il pas le bâtiment le mieux protégé du monde ?

Hani Hanjour, un bon pilote ?

136 étranges témoignages de l'attaque par un avion

 




03/07/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres