9/11 Anti-Debunking

9/11 Anti-Debunking

Thermite / Thermate Signature chimique approuvée

Les Debunkers croient qu'il n'y a aucune preuve chimique de la thermite ou thermate trouvée dans la poussière du WTC.

Ils estiment donc que cela réfute la théorie de la thermite selon laquelle, elle aurait été utilisée pour détruire le WTC 1, 2 et 7. Tout d'abord, les Debunkers ont confondu la poussière du WTC avec des sphères de fer trouvés dans la poussière.

C'est une très grande différence.

Les sphères montrent que les produits chimiques ont été formés en raison de la fusion et / ou de la vaporisation, et que cela était dû à la tension de surface. Ceci est important car les sphères, et non la poussière, portent la signature chimique d'une variation de la thermite. Cela indique que les diverses substances chimiques présentes dans les sphères ont été fondues en même temps.

Les sphères retrouvées ont pour signature chimique, tel que le Fer, l'Aluminium, le Potassium, et le Silicium, ainsi que divers additifs et variations de la thermite, a été découvert, y compris soufre, cuivre et manganèse.

Bien que beaucoup de ces éléments (aluminium, fer, l'oxygène, le silicium, etc) étaient tous en abondance dans les matériaux utilisés dans les tours jumelles de construction, il n'est pas possible que ces matières se soient usinées et assemblées elles-mêmes dans un composite aluminthermique, chimiquement optimisé en tant que sous- produit de la destruction des Twin Towers. Parce que le fer ne peut pas fondre dans les incendies de bureaux et les points de fusion de ces métaux sont si différents, il y aurait un retard non négligeable de chauffage des matériaux courants des WTC.

Puis, ils ont aussi refroidi ensemble, dans le même temps, afin de former une sphère. La Thermate prévoit toutefois la solution à cette question, parce que la réaction est très rapide. Aucun autre mécanisme est connu pour fournir des domaines tels que ceux-ci.

2013-11-22_135019.png

Les Debunkers ont suggéré que ces sphères pourraient provenir des chalumeaux, qui ont été utilisés dans le nettoyage de Ground Zero. Cependant, puisque les échantillons de poussière du WTC obtenus par Steven Jones  provenaient de zones situées en dehors du site de Ground Zero, les sphères ne pouvaient pas venir les efforts de nettoyage.

2013-11-22_135047.png

Il est également peu probable que les sphères pourraient provenir des travaux de construction qui ont été fait, lorsque les tours ont été construites. Le groupe R.J. Lee, dans leur étude sur la poussière du WTC, a déclaré que des sphères de fer se sont constituées dans la poussière. Ils ont rapporté que ces sphères de fer représentaient environ 5,87% de cette même poussière.

C'est à peu près 150 fois plus de sphères de fer dans la poussière qu'il n'y pouvait paraitre.

Deuxièmement, les Debunkers donnent la source de confusion sur l'usage arbitraire, par Steven Jones, du mot Thermate avec le grade militaire (Thermate-TH3 (à usage militaire). La Thermate-TH3 implique 68,7% thermite, 29,0% de nitrate de baryum, 2,0% de soufre.

Il y a une grande variété de différents types de thermite, de thermate, et d'autres réactions aluminothermiques. Donc, trouver le nitrate de baryum dans des sphères n'est pas du tout nécessaire pour une réaction thermite.

Les Debunkers prétendent que de l'oxyde d'aluminium n'a pas été trouvé. Les Oxydes d'aluminium sont fréquentes dans l'environnement, et sans doute une forme majeure de l'aluminium trouvée dans la poussière du WTC. Parce que la réaction aluminothermique génère l'oxyde d'aluminium sous forme d'aérosol, celle-ci a tendance à se disperser, plutôt que de s'agglutiner avec les résidus riches en fer initialement liquides.

Une autre affirmation des Debunkers est que le soufre trouvé, provenait de la plaque de plâtre dans les bâtiments. Quand ils affirment que les cloisons sèches à base de soufre était le troisième ingrédient le plus utilisé dans la construction du WTC, ils font courir la rumeur comme quoi le soufre lui-même était le troisième ingrédient le plus utilisé.

Cependant, il y a juste plus d'éléments en plâtre, que de  soufre. Le deuxième ingrédient principal trouvé dans les plaques de plâtre est le calcium, qui est lié avec le soufre en sulfate de calcium. Dans l'analyse de Steven Jones, il a montré que la signature chimique du gypse se trouve dans toutes les sphères de fer du WTC, vu qu'il n'y a pas de calcium.

Un échantillon d'acier a été récupéré à partir de WTC 7, et les enquêteurs ont découvert qu'il avait été rongé par une étrange substance.

2013-11-22_135140.png

Notez que là aussi, du soufre a été trouvé dans l'acier, et non le calcium. De plus, c'est que le soufre à partir de plaques de plâtre ne pouvait pas avoir causé la corrosion sévère dans l'acier du WTC 7.

2013-11-22_135302.png

"Bien que le gypse contient du soufre, ce n'est pas le soufre élémentaire, qui peut réagir, mais celui sous forme de sulfate de calcium, ce qui ne peut être." Niels Harrit

En fin de compte, le soufre n'aurait pas pu provenir de la plaque de plâtre. Mais bien sûr, la thermite aurait été utilisé pour démolir les tours. Steven Jones a découvert des traces de nano-composition d'explosifs non réactifs dans la poussière du WTC.

2013-11-22_141606.png

Les Debunkers, cependant, ont été constamment affirmatifs que la matière n'est rien de plus que de la peinture d'apprêt du WTC. Ces croyances sont fausses. Il suffit de revoir l'intervention du professeur Jones.

2013-11-22_141712.png

Il est clair qu'il existe clairement des preuves chimiques,  et la preuve potentielle que des différentes thermites auraient été utilisées pour démolir les trois bâtiments du WTC.

 

A voir aussi :

Coupure de courant et mesures de sécurité

Jason Bermas : Toutes les preuves en acier ont été détruites

Les premiers effondrements de gratte-ciels en acier par un incendie

 

Autre Version :


 



22/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres