9/11 Anti-Debunking

9/11 Anti-Debunking

Les incendies dans les Tours Jumelles

Poursuivant son effort pour effrayer le lecteur et le convaincre que les tours étaient perdues d’avance, l’auteur écrit dans la page “Les facteurs déclenchant”, je cite, qu’ « à peu près 30 000 litres de kérosène se sont enflammés. » (je souligne). L’affirmation est factuellement exacte puisque cette quantité de kérosène s’est effectivement enflammée… mais à une nuance de taille : une grande partie, surtout pour la Tour Sud, a brûlé à l’extérieur, dans la grande boule de feu que voilà :
 
Tour Nord
 
Tour Sud
 
De plus, selon les autorités elles-mêmes, le reste du kérosène a brûlé dans les 10 minutes, deux omissions qui participent à la mise en condition psychologique du lecteur de Bastison.net et le conduisent à accepter l’idée suivante selon laquelle, je cite, un « violent incendie s’est déclaré sur plusieurs niveaux de chacune des tours » (je souligne).
 
« Violent » ?
 
Comparons une image, donnée par le site lui-même pour illustrer les incendies, avec celle d’un autre incendie :
 
    
Tour Nord (G)                                   Hôtel Mandarin à Pékin (D)
 
Si l’incendie de gauche est « violent » (© Copyright Bastison.net), que dire alors de celui de droite ?
 
 
La symétrie de l’effondrement de la Tour Nord
 
L’effondrement très “propre” de la Tour Nord : vidéo
 
Dans la page “Mensonges” et sous le titre “WTC1 et WTC2 auraient dû résister…”, Bastison.net explique pourquoi la Tour Nord tombe droit et symétriquement, tandis que la Tour Sud penche sur le côté. Pour la Tour Sud, l’auteur rappelle, je cite, que « l’impact de l’avion sur la façade Sud a été très excentré » (je souligne). Tandis que pour la Tour Nord, l’auteur nous invite, je cite, à « noter [...] que le feu est bien plus violent du côté opposé au crash » (l’auteur souligne). Autrement dit, pour cette tour, les dégâts mécaniques sont du côté où l’avion est rentré et les incendies, de l’autre.
 
Mais qu’en est-il alors des côtés gauche et droit ? Puisque le feu fait rage « du côté opposé au crash », dixit Bastison.net, pourquoi l’effondrement ne ressemble-t-il pas à ça ?
 
Hypothèse pour l’effondrement pour la Tour Nord
 
Et au-delà : y a-t-il des précédents, dans l’histoire de la construction, de dommages irréguliers ayant entraîné un effondrement régulier ? J’ai eu beau chercher… je n’en ai pas trouvé. Jamais, jamais, jamais dans l’histoire de la construction une telle chose ne semble s’être produite et si cela était, cela reviendrait à dire qu’il existe un mécanisme tel que lorsqu’un point A de l’immeuble est sur le point de céder (ou trois points A, B et C, peu importe), la défaillance est capable de se propager en une fraction de seconde àl’ensemble du bâtiment, fût-il immense. Mais a-t-on jamais vu une chose pareille ? TOUS les précédents montrent au contraire qu’un tel mécanisme n’existe pas, et c’est bien la raison d’ailleurs pour laquelle les artificiers placent des charges partout dans l’immeuble pour le détruire, et pas seulement d’un côté et de l’autre. Voici des exemples de dommages irréguliers :
 
Attentat d’Oklahoma City
 
 
Lieu et cause inconnus
 
Attentat contre l’ambassade des États-Unis à Beyrouth
 
Accident en Russie
 
Aucun effondrement droit et symétrique parmi ces bâtiments…
Et on note, dans les deux cas suivants, la meilleure solidité des coins :
 
WTC 3 (hôtel Mariott)
 
Bâtiment détruit par un tremblement de terre et un incendie
 
Question : pourquoi les coins de la Tour Nord rompent-ils en même temps ?
 
Pour expliquer la symétrie, Bastison.net recourt au miracle et suggère que les dommages mécaniques, côté nord, et ceux liés au feu, côté sud, “s’équilibraient”. Ce qui, au mieux, n’explique de toute façon la symétrie que dans un sens… Que penser d’un spécialiste en Génie Civil qui évacue un cas inédit dans l’histoire de la construction d’une simple phrase, « le feu est bien plus violent du côté opposé au crash » ?
 
 
La séquence des explosions dans les Tours Jumelles
 
Dans la page “Approximations”, l’auteur affirme, je cite, que les « dynamitages interviennent en amont de l’effondrement. Jamais pendant… » (l’auteur souligne). Il écrit encore, je cite : « Jamais dans l’histoire il n’a été utilisé une telle technique. » (l’auteur souligne).
 
« Jamais » ? (nous conservons le soulignement de l’auteur)
 
Et bien si, les explosifs peuvent être déclenchés pendant l’effondrement. En voici quelques exemples :
 
Cité par The art & science of explosives & blasting : vidéo
 
À Fort Worth aux États-Unis : vidéo
 
À Abou Dhabi : vidéo
 
À Gulfport aux États-Unis : vidéo
 
Pour quelque chose qui ne se produit « jamais » (© Copyright Bastison.net), cela fait déjà beaucoup !


15/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres